logo

LA COMPAGNIE TRAVERSES

Partenaires artistiques

Paul EMOND

Auteur de théâtre bruxellois, belge, francophone

Né à Bruxelles en 1944. Après un doctorat en lettres à l’Université de Louvain, il séjourne trois ans en Tchécoslovaquie et y écrit son premier roman, La Danse du fumiste. Il y rencontre Maja Polackova, avec laquelle il se marie et qui développera pour sa part une œuvre importante d’artiste plasticienne. Rentré en Belgique, il publie d’autres romans. Il est attaché scientifique aux Archives et Musée de la littérature à Bruxelles, puis enseigne la littérature et l’écriture dramatique à l’Institut des Arts de Diffusion à Louvain-la-Neuve.

PAUL EMOND ET LA COMPAGNIE

« Je pense que mes textes correspondent bien au travail de la Cie Traverses. Et j’aime les mises en scène qu’en fait Valentin Traversi. Il a un vrai regard et il m’apporte quelque chose, ce qui est fondamental pour un auteur : ça élargit l’horizon et c’est très stimulant. »

«La Cie Traverses a déjà monté quatre de mes textes. J’ai rencontré Valentin Traversi grâce à un grand homme du théâtre belge, Michel Tanner. Son souci d’ouvrir les murs dans lequel le théâtre s’est enfermé correspondait bien à la démarche de Valentin. Je suis allé voir la Cie Traverses en Ardèche notamment, et lorsque j’ai assisté aux répétitions publiques qu’elle organisait, je me suis dit que c’est absolument ce qu’il fallait faire pour le théâtre. »

«Le travail de Valentin Traversi a une dimension sociale essentielle. Il faut nourrir le tissu socioculturel et arrêter de l’enfermer. Les maillons comme Valentin sont, dans cette ambition, très importants. Et puis, c’est quelqu’un qui vient de la matière théâtrale pure. La manière qu’il a d’aller vers les spectateurs, au plus près d’eux y compris dans les milieux ruraux, c’est ce qu’il faut faire. Ou alors le théâtre va mourir, comme un art très beau, très pur, mais très seul. Il faut vraiment lui redonner cette dimension populaire.» Paul Emond

PAUL EMOND FIGURE AUJOURD'HUI PARMI LES DRAMATURGES BELGES LES PLUS JOUES ET TRADUITS.

Très vite, il s’est également tourné vers le théâtre. Sa première pièce, Les Pupilles du tigre, est jouée en 1986 puis Convives en 1989. Une vingtaine d’autres suivent. Montés pour la plupart à Bruxelles et en Wallonie (Rideau de Bruxelles, Théâtre National, Centre Dramatique Hainuyer, Théâtre de la Valette, etc.), ces textes le sont aussi en France (Théâtre Ouvert à Paris, Théâtre du Nord à Lille, Théâtre du Gymnase à Marseille, Compagnie Traverses à Lyon, Fabrique des Petites Utopies en Isère, etc.), au Québec et même parfois aux Etats-Unis, en Angleterre, en Roumanie ou en Bulgarie. Parallèlement, il a écrit pour le théâtre une vingtaine d’adaptations. Toutes ces pièces et adaptations l’ont conduit, tant en Belgique qu’en France, à des compagnonnages artistiques avec des metteurs en scène et des acteurs d’esthétiques parfois très différentes, une diversité d’expériences qu’il recherche et dont il se réjouit.

Ils disent de lui

« Paul Emond donne à jouir du fiasco et de l’affolement des couples, lesquels aggravent leur situation à chaque réplique, perdent toute maîtrise sur le cours de l’action, embarquant le spectateur dans un tourbillon qui n’est pas sans rappeler celui du vaudeville. » Mireille Losco-Lena, professeur des universités en études théâtrales, ENSATT - Lyon

« Oui ! Paul hanthéâtralise, oui, Paul entarte ses personnages aussitôt sortis. Les voilà qui se font un monde du souvenir de la voix de maman, des phrases ou des frasques de la tante Ginette et du génie supposé de leur meilleur copain. »Jacques Bonnaffé, acteur et metteur en scène.

« Comme ses grands prédécesseurs – Adamov, Ionesco, Beckett, Pinget, Sarraute... - Paul Emond place au cœur de ses farces philosophiques belges les thèmes de (l’in-)communication, du malentendu, de l’absurde – étymologiquement : ce à quoi on reste sourd... » Yannic Mancel, dramaturge, Théâtre du Nord - Lille.

« De prime abord, l’écriture de Paul Emond nous fait rire, puis insensiblement le spectateur se pose la question : « De quoi suis-je en train de rire ? » Dès ce moment, la part tragique des personnages émerge, sans que le rire nous quitte » Michel Tanner, dramaturge et metteur en scène belge.

« Si j’ai voulu monter des pièces de Paul Emond, c’est d’abord pour le plaisir que ses textes me procurent en tant qu’acteur. Pour moi, l’équivalent de Paul Emond au cinéma, c’est Michel Audiard. » Abbès Zahmani, acteur et metteur en scène.

Retour en haut de page
Réalisation : Maxence BENO et Thomas MICHONNEAU